Itw Stephenie Meyer – Access Hollywood [1] et [2]

Journaliste : Tu es peut-être passée à autre chose, mais certaines fans non. Est-ce qu’on vient te demander d’écrire un livre ou de faire autre chose ?
Stephenie : Oui et je comprends. Il y a beaucoup de monde à qui j’aimerais demander d’écrire un nouveau livre. Mais les gens écrivent ce qui les motive. Et vous devez continuer à chercher votre prochaine lecture addictive, c’est comme ça pour moi en tout cas. Je suis à la recherche constante de la prochaine lecture qui va m’inspirer et m’emmener dans un nouveau monde. Pour le moment il n’y a aucune saga que j’attends et c’est une torture horrible. Comme quand vous attendez le prochain Hunger Games, vous êtes ‘haaa’… Et je n’ai rien de tel pour le moment. C’est reposant mais ça me manque. J’ai besoin de découvrir mon prochain gros livre.
Journaliste : Je suis sûre qu’on t’as déjà interrogée au sujet de ‘Fifty Shades of Grey’ (en fr. Cinquante nuances de gris) car à la base c’était une fanfiction Twilight…
Stephenie : Apparemment !
Journaliste : … Avec Bella et Edward. Les as-tu lu ? En as-tu entendu parler ?
Stephenie : Non, ce n’est pas du tout mon genre de lecture. C’est pas mon truc ! Mais vous savez, chaque fois que quelqu’un fait preuve de créative, c’est génial. J’ai lu quelques fanfictions, il y a des années et je trouvais ça cool que les gens aient des histoires à raconter. Je trouvais ça un peu triste qu’il le fasse d’une façon qui n’est pas la leur, vous savez. Mais j’ai l’impression que tous ces gens s’entraînent et ensuite ils vont écrire leur livre, ça finira par arriver car ce sont des écrivains.
Journaliste : Tu as des conseils pour les gens qui souhaiteraient que leur livre devienne une saga ? Par exemple, quel conseil aurais-tu voulu te donner à ce moment-là ?
Stephenie : Je n’aurais pas voulu me parler, du tout car je me serais embrouillée le cerveau. Mais pour quelqu’un qui commence… Enfin, tout le monde va s’y prendre différemment. Moi j’ai eu difficile à prendre du recul, j’étais très impliqué dans les films et il y a eu des aspects positifs à ça. Mais l’aspect négatif c’est que je n’ai pas beaucoup écris ces dernières années. J’étais sur les plateaux de tournage – je ne peux pas écrire là-bas, j’ai essayé mais j’ai besoin de plus de concentration pour ça. C’était un choix sur la façon d’organiser son temps. Pour le moment, j’ai décidé de passer mon temps à écrire plutôt que d’être en-dehors de ma maison. Et aussi d’être préparée… A un moment donné, si vous continuez sur cette voie, vous allez vous retrouver en face d’une caméra à parler aux gens, c’était terrifiant, vous allez vous sentir bête et vous allez regarder la vidéo plus tard et vous dire : « à quoi je pensais ?! ». Il y a beaucoup à gérer ! (rires). Donc, soyez préparé.

 

Journaliste : Puisque c’est le dernier Twilight, j’aimerais poser les questions comme dans un entretien de départ de ressources humaines.
Stephenie : (rires) Ok. Je n’en ai jamais passé !
Journaliste : Ton expérience Twilight s’est-elle passée comme tu l’avais imaginée ?
Stephenie : Non, je ne m’attendais pas à ce que ça prenne autant d’ampleur !
Journaliste : Etais-tu satisfaite de tes revenus ?
Stephenie : (rires) Oui, j’étais satisfaite.
Journaliste : Dis-moi pourquoi tu recommanderais ton expérience Twilight aux autres ?
Stephenie : Je les préviendrais, c’est beaucoup… Peut-être que c’est mieux d’ignorer dans quoi on met les pieds. Peut-être qu’il faut sauter dans l’inconnu, et alors là, c’est la meilleure des expériences.
Journaliste : J’aime cette réponse. Qui a rendu ton expérience Twilight la plus enrichissante ?
Stephenie : Difficile de choisir, il y avait beaucoup de personnes géniales. Quelques-uns de mes collègues préférés étaient Kristen Stewart, Robert Pattinson et Taylor Lautner. C’était génial de travailler avec eux… et ce sont des amis incroyables. Je suis assez triste que nous n’aurons plus l’occasion de nous voir. Retrouver tout le monde aujourd’hui a été… « Oh, tu m’as manqué… ». Peut-être qu’un jour on retrouvera un projet, quelque chose d’autre que nous ferons ensemble (rires).
Journaliste : Et au niveau des réalisateurs ?
Stephenie : Je me suis bien amusée. C’était bien de pouvoir voir tant de styles différents car vous apprenez beaucoup. Et la personne qui m’a le plus comprise, c’est probablement Chris Weitz. Je pense qu’il comprend tout le monde. Il est assez incroyable. Tout ce qu’il disait était « oui, oui, tu as raison ! » (rires).
Journaliste : Et je pense qu’il a un sens de l’humour qu’on peut retrouver dans New Moon.
Stephenie : Un peu. Et pourtant c’est le film où il était le plus difficile d’incorporer de l’humour. C’est une histoire de dépression et il l’a traitée très élégamment. Il a définitivement eu le plus compliqué.
Journaliste : Que faudrait-il pour que tu fasses plus de films et livres Twilight dans le futur ?
Stephenie : Il faudrait un réel changement de la position dans laquelle je me retrouve dans ma vie à l’heure actuelle, je pense. Pour moi, évidemment, un livre arrivera toujours avant un film. Je ne sais pas, je préfère vraiment lire un livre plutôt que de voir un film de quelque chose… mais je suis un vrai rat de bibliothèque. Et donc je devrais retourner dans un endroit où les vampires sont plus fascinants et moins exposés. Il y a eu beaucoup de surexposition avec Twilight. C’est plus compliqué de s’immerger dans ce monde. J’avais l’habitude que ce soit un lieu privé, juste moi et les personnages. C’est un peu bondé à présent.
Journaliste : Les fans t’ennuient-ils toujours pour que tu continues le point de vue d’Edward ou est-ce retombé ?
Stephenie : C’est la deuxième fois qu’on me pose la question aujourd’hui donc je dirais que les gens continuent de me le demander (rires). On continue de me poser la question et la réponse n’a jamais changé. Je ne suis pas là, avec les vampires, en ce moment. C’est un monde tellement public, c’est dur pour moi. J’ai énormément le trac, on ne croirait pas que ça s’applique à l’écriture, mais si. Je dois me dire que personne ne va lire ce que je vais écrire pour me convaincre de continuer. Car je deviens paralysée de peur quand je suis en train d’écrire et que je pense : « tout le monde va détester, tout le monde va prendre cette partie… ». Et j’ai toujours tort. Ils détestent les autres parties. Je suis toujours choquée par les parties qu’ils détestent car je pensais qu’ils détesteraient les autres.

 

Traduction Via : twilight-belgium

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s